Patrick GOMES
parolier - poète - nouvelliste
 

Biographie (littéraire)
Dans les années 70, il écrit ses premiers poèmes et se voit « obligé », par sa maitresse d’école, de les réciter à l’ensemble de la classe.
Dans les années 90, il écrit et compose la plupart des titres de son groupe.  Mais les répétitions n’aboutirent jamais et le groupe se sépara, du, en grande partie, par le manque de motivation de certains de ses membres.
En 2006, il écrit un conte de fées qu’il transmet à la maitresse de sa fille, alors en cours élémentaire. L’histoire fait le tour de l’école.
 
Il signe, sous le pseudonyme « Yamae » les livres suivants :
 

- Traces et empreintes (recueil de poésies)
http://www.youtube.com/watch?v=ocDTO-VF6TQ


-Étranges nouvelles ( nouvelles fantastiques)
http://www.youtube.com/watch?v=BsPzbdiWE5A



 -Intimes croisades (Nouvelles)
http://www.youtube.com/watch?v=yIZ6S-E4FcY

 
Une version « fantastico-horreur » des sept péchés capitaux sera publiée en fin d’année.
 
Anecdote
 
À 19 ans, il rencontre Gladys, jeune fille de 27 ans qui n’a pas d’enfant.
 
À cette époque, cela m’étonnait qu’une fille de cet âge-là n’ait pas d’enfant. Persuadé que la situation n’était pas « normale », j’ai écrit « elle ne peut pas »



 
Elle ne peut pas
Elle a la douceur des mots,
la folie des vendredis,
quand il fait froid, elle a chaud,
elle vit si bien sa vie,
elle a la voix de l'amour
qui résonne dans nos cœurs,
une clé pour les alentours
de son précieux bonheur...
 
Refrain
Elle s'appelle Gladys
elle a d’la lumière dans les yeux,
elle se consacre à son fils
qu'elle invente peu à peu,
car elle n'en a pas,
et Dieu sait pourquoi...
Elle ne peut pas.
 
La dernière visite médicale
ne lui a pas pris son moral,
on impose air et attitudes
on veut qu'elle reste en solitude,
elle n'est pas plus perdue que d'autres
et elle fait rarement de fautes,
elle veut vivre sa vie,
ici et aujourd'hui...
 
Aujourd'hui, tout à changé,
elle a des envies, des nausées,
la voix des docteurs s'est éteinte,
et si elle était enceinte,
et si, et si...
 
Refrain
Elle s'appelle Gladys
elle a de l'espoir dans les yeux,
elle se consacre à son fils
celui qu'elle aime peu à peu,
mais elle n'en a pas,
et Dieu sait pourquoi,
et si, et si...
 
 
 

 
Quelques-uns de ses textes
 
Immortel
La patience d'un regard, l'innocence d'un sourire,
Mélodie du hasard ou chagrin d'un soupir,
La force d'une illusion, gravée dans ma mémoire,
Se détourne en chanson qu'on fredonne par espoir,
Le murmure du vent, l'éclat de vos yeux clairs,
Ces gestes attachants, font, de vous, un mystère,
Un trop pâle clair de lune, de trop mauvaises pensées,
Ces changements d'azur me forcent à oublier...

Refrain
Un amour immortel, d'à peine quelques secondes,
Qui vous a rendu belle, si précieuse en ce monde,
Un espoir déguisé par peu d'indifférence,
N’est-ce que de l'amitié, existe-t-il une chance ?
 
Ces gestes attentionnés qu'on dédie à nos charmes,
Ces maux en abrégés qu'on cache avec nos larmes,
Veulent sans doute dire beaucoup, beaucoup plus que des textes,
Ne plus penser à vous, sans détour sans complexe,
J’aurai du mal...
 
Elle était tellement près tout en étant si loin,
Sans gêne, elle m'a marqué, j'aimerais tenir sa main,
Je ne connais pas sa voix, elle ne m'a pas parlé,
D’un coup d'œil, d'un éclat, on s'est, sans doute, aimé...
 
Envie de vivre avec toi
Penser à ces demain que l'on peut espérer,
l'amour au creux des mains avec ses à-côtés,
déjà, de beaux poèmes, viennent un peu nous fleurir,
pouvoir se dire « je t'aime » sans avoir à mentir.
Créer des aquarelles pour mieux te deviner,
suivre les hirondelles, pourquoi pas, les guider,
se décrocher la lune et se couvrir de roses,
inventer des allures pour te dire quelque chose...
 
Refrain
J’ai envie de vivre avec toi,
faire de nos vies, un éclat,
dans le silence absolu ou aux pieds des ténors,
aux plus profond des nues et tant pis si on a tort...
 
Dessiner des chemins à l'encre des sourires,
rester main dans la main, même dans les soupirs,
murmurer nos destins, imaginer les peurs,
de tous ces lendemains qui frissonnent en nos cœurs.
Se couvrir de cadeaux comme le jour se lève,
dédicacer ces mots au plus profond des rêves,
se cacher nos sanglots d'amour en overdose,
comme un désir d'ado, je t'avoue quelque chose...
 
Passionner nos esprits pour ne plus s'oublier,
en ignorer le prix, ne jamais l'estimer,
dévisager les larmes pour les faire disparaître,
faire confiance à nos charmes, une émotion va naitre.
Négliger les supplices que l'on peut endurer,
de force et de malice, on ne peut que gagner,
sans avoir à attendre que plus rien ne s'expose,
pour entendre un sourire, je t'avoue quelque chose...
 
Crie Angus !
Ni châtié ni brulé,
Langage approprié
Ni parlé, murmuré,
Quelque peu dessiné.
Chaque mot est un riff,
Saturé, abusif,
La bête est sur la scène,
Satan est ton mécène.
Du son de quel accord,
De l'amour ou la mort,
Gestuelle initiée
Pour ç'que t'as à livrer…
 
Refrain
Crie, crie, Angus,
Corps et cordes fusionnent
Ascendance Gibson,
Le diable en fait l'aumône.
 
En ce style épuré,
Se lèvent les contrées,
Hordes à la fois basiques
Et apocalyptiques.
Fils d'un "Ragnarök"
Et d'un "opérhard Rock",
Rien n'est jamais plus noir
Qu'un fond de purgatoire.
Du son de quel accord,
De l'amour ou la mort,
Médiator enflammé
Pour ç'que t'as à hurler…
 
Un mélange de notes,
de larmes de sueur,
océan où il flotte
les battements d’un cœur.
ni d’amour ni de haine
que la musique soit elle
no one lives in heaven
life on earth is like hell
Du son de quel accord,
De l'amour ou la mort,
dans l’histoire de plain pied
pour ç’que t’as à aimer.

 
 

 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement